LAB - Financement de la santé

Le débat sur le financement de la santé a été largement occulté au temps de la crise sanitaire et du « quoi qu’il en coûté ». Il est pourtant incontournable. Lisa entend porter les questions d’efficience, d’équilibre des comptes sociaux, de régulation et d’assurance dans le débat public. 

Budget_sante_edited.jpg

Les publications du Lab

IMG_20171212_184643.jpg

18 janvier 2022

Les défis principaux que notre système de protection sociale, et plus largement de santé, doit relever sont bien connus : déployer une politique de prévention qui ne soit plus sacrifiée aux arbitrages budgétaires de court terme, mieux organiser les parcours des patients et donc, en amont, l’offre de soins, mettre en place des outils de régulation, développer l’accompagnement, dont la nécessité n’est rien d’autre que la conséquence des succès de la médecine et de la chronicisation des pathologies… 

Logo LISA 300dpi.jpg

Lab Financement de la santé

LISA AN_PNG.webp

26 octobre 2020

De quoi s'agit-il ? Les complémentaires santé ont, toutes choses égales par ailleurs, fait des économies pendant le confinement du fait de la réduction d'un certain nombre de dépenses de santé qu'elles contribuent à solvabiliser (les consultations de ville notamment). L’Etat a décidé d'un prélèvement, d'une taxe, sur les complémentaires à hauteur de 1,5 milliard d'euros

Logo LISA 300dpi.jpg

Lab Financement de la santé

IMG_20171212_184643.jpg

10 janvier 2022

Ce n’est pas politiquement correct mais cela ne relève pas pour autant de la provocation : il va bien falloir reposer rapidement la question de l’équilibre financier de la Sécurité sociale et particulièrement de la branche maladie, dont le déficit est abyssal, y compris dans sa dimension structurelle. La dette Covid a été de façon légitime cantonnée, logée dans la CADES, dont la durée de vie a été prolongée mais ce type de solution ne marche qu’une fois.

Logo LISA 300dpi.jpg

Lab Financement de la santé

4432615155_2afd259ab7_z.jpg

17 février 2020

La question aurait paru saugrenue il y a quelques années. L’organisation des soins est en effet très largement gérée par l’Etat et ses relais au niveau régional, les Agences régionales de santé (ARS). L’assurance maladie s’occupe, de son côté, de la solvabilisation et de la gestion du risque.

Le domaine est occupé mais le champ d’action est vaste. La protection de la santé et les questions de sécurité sanitaire sont en effet devenues des préoccupations majeures de nos concitoyens. Au plan local, la raréfaction de l’offre professionnelle dans bien des territoires, qui s’amplifie malgré les mesures et les plans portés par les pouvoirs publics, participe de l’impression de déshérence de ces territoires, au-delà même des impacts sanitaires effectifs.

Logo LISA 300dpi.jpg

Lab Financement de la santé

etienne-caniard-itineraire-dun-expert-engage-790x427.jpg

18 mai 2021

Une note d'Etienne Caniard. Les positions sur la place des complémentaires sont généralement inspirées par une vision dogmatique (prééminence des régimes obligatoires par nature plus solidaires ou, à l’inverse, incapacité de ces derniers à aller au-delà d’une fonction de solvabilisation), qui conduit à occulter les questions essentielles.

Logo LISA 300dpi.jpg

Lab Financement de la santé